Fiches de soins.com

Soins infirmiers : perfusion par KTC, explications et vidéo.

Plusieurs vidéos et images à voir sur cette page!

La pose de cet accès veineux central relève du rôle du médecin. L’infirmière quant à elle intervient pour l’administration des solutés, le nettoyage du pansement qui protège le point de ponction… Regardez cette vidéo sur la pose d’un KTC :

 

Le positionnement du KTC

Comme on l’aperçoit sur cette image, le pansement sera réalisé au niveau de la base du cou par l’infirmière. C’est en effet dans la veine jugulaire que le docteur pose la perfusion du KTC. Les risques infectieux sont à surveiller de près car les patients perfusés de cette manière, n’ont généralement pas un bon capital veineux périphérique : en cas d’infection du cathéter central, on devra retirer le cathéter (médecin), ce qui implique un passage au bloc opératoire, mais aussi l’éventuelle impossibilité d’administrer les traitements et hydratation intraveineux. La contamination du KTC a donc des conséquences plus lourdes que celle d’un cathéter veineux.
Voyez aussi les autres possibilités de KTC :

 

Les soins infirmiers sur KTC?

Vous l’aurez compris, l’asepsie doit être des plus rigoureuses : lors de la réfection du pansement (deux fois par semaine généralement, selon protocole de service ou prescription médicale) le port de gants stériles, d’une charlotte et de chaussons de blocs s’impose. Le nettoyage se fait selon le protocole Betadine.

Plusieurs fois par jour, l’infirmière va manipuler les robinets de la perfusion pour y passer des traitements, effectuer des prélèvements sanguins et régler des débits. Ces robinets sont couverts d’un boitier que l’on peut imbibé d’alcool : ainsi on minimise la présence de germes.

La technique du pansement KTC

Vous savez faire un pansement stérile? Vous savez faire un pansement de KTC : anticipez en revanche ce dont vous allez avoir besoin pour rester en stérile. Lors du nettoyage, commencez par le point de ponction, puis élargissez votre « escargot » vers l’extérieur afin de chasser les éventuelles bactéries ou autres.

La fixation de l’opsite peut se faire différemment : le but est de rendre le pansement imperméable, malgré la présence de sutures et de plusieurs sorties. On peut par exemple faire un pansement en portefeuille : un opsite collé à moitié sur la partie inférieure de la tubulure et é moitié sur la peau, et un second opsite posé de la même manière sur le dessus. L’avantage de cette technique est que la perfusion sera plus facilement maniable.

Enfin, vous pouvez observer la pose d’un KTC sur un vrai patient ici : (à partir de 3 minutes). C’est en anglais, mais pas besoin de parler la langue pour observer l’acte!